Faire construire avec le label E+C-

Faire construire avec le label E+C-

Faire construire avec le label E+C-

Au vue des problématiques environnementales actuelles, nous devons absolument réduire les gaz à effet de serre et améliorer notre consommation énergétique pour ainsi ralentir le changement climatique. Le secteur du bâtiment est celui qui pèse le plus lourd dans la balance. Il engendre presque 50% de la consommation énergétique nationale et pas loin d’1/3 des gaz à effet de serre en France. C’est pour cette raison que le gouvernement ne cesse d’agir, dans le cadre de la loi de transition énergétique, pour réduire son impact. Faire construire avec le Label E+C- fait partie des mesures prises dans une démarche collective. Maisons Logelis étant constructeur de maisons individuelles, nous sommes les premiers concernés. Mais c’est à vous, nos clients qui vivez dans ces maisons, à qui nous devons donner des explications. Pour répondre au mieux à toutes les questions que vous vous posez, nous avons fait appel à l’un de nos partenaires, Monsieur LALLIER de l’entreprise ASTI, un bureau d’étude thermique.

1) Qu’est-ce que faire construire avec le label E+C- ?

Ce Label concerne uniquement la construction neuve. L’objectif est de généraliser des constructions qui optimisent l’énergie renouvelable et avec une faible empreinte carbone. Nous sommes actuellement dans une phase d’expérimentation pendant 2 ans (jusqu’à 2020).

Elle a été mise en place pour élaborer la réglementation de demain, qui remplacera la RT 2012. C’est une façon de tester, dans la réalité, différents niveaux d’ambition et bien sûr, s’ils sont réalisables. Ainsi, les acteurs du bâtiment peuvent, volontairement, s’engager dans cette nouvelle démarche et faire construire avec le Label E+C-. Ils donneront leurs retours d’expériences et les exigences du label seront ensuite modifiées en fonction, de façon à ce qu’il y ait un niveau pour l’énergie et un niveau pour le Carbone.

logo E+C-.png

2) Il existe d’autres labels, pourquoi l’E+C- est différent ?

Beaucoup de labels ont été mis en place afin de donner l’opportunité aux différents acteurs du bâtiment de valoriser la qualité de leurs logements. Ce qui différencie le Label E+C- des autres labels, c’est qu’il a été instauré par l’état. Alors forcément, il a plus de poids !
Ce label est sujet à des certifications décernées par différents organismes tels qu’Effinergie par exemple. C’est un peu comme un diplôme qui prouve la performance des logements construits par un organisme du bâtiment. Ce dernier les valorise.

Dans le tableau ci-dessous, voici des exemples de certifications qui peuvent être obtenues avec Effinergie :

Tableau exemples de certifications obtenues avec Effinergie .png


3) De quoi est composé le label E+C- ?

Faire construire avec le label E+C-, c’est agir sur deux grands enjeux :

  • Il y a le « E » pour « énergie » pour pousser les acteurs de la construction à faire des économies d’énergie et réduire l’énergie non renouvelable qui est consommée dans l’ensemble des postes d’utilisation du bâtiment. Il y a 4 niveaux de performance énergétique allant de 1 à 4. Les deux premiers niveaux sont une avancée par rapport à la RT 2012, le niveau 3 constitue un effort supplémentaire par rapport aux deux précédents et enfin, le niveau 4 correspond à un bilan nul ou négatif. L’indicateur principal qui a été mis en place pour évaluer les constructions est le Bilan Bepos. Il prend en compte l’efficience énergétique, le transfert vers les énergies renouvelables et l’exportation d’énergies. Plus cet indicateur est bas, mieux c’est.
Bilan Bepos.png


Par exemple, on décide d’installer des panneaux solaires photovoltaïques sur le toit. S’il y a du soleil et un ciel sans nuages pendant toute une journée, forcément plus d’énergie sera produite et vous n’en n’aurez pas forcément besoin directement. Il faudra donc la stocker grâce à une batterie. Mais attention, la batterie ne peut pas stoker l’énergie indéfiniment. C’est ainsi que pour ne pas la perdre, cette énergie sera exportée. A noter qu’il y a toujours une partie des besoins en énergie qui est comblée par l’énergie non renouvelable (l’électricité en l’occurrence).

Ci-dessous sont représentés les pourcentages demandés par rapport à la RT 2012 des maisons individuelles pour l’énergie :

Pourcentages demandés par rapport à la RT 2012 des maisons individuelles pour l’énergie .png

 

  • Le « C » pour « carbone » pour inciter les acteurs de la construction à limiter les émissions de gaz à effet de serre sur toute la durée de vie du bâtiment (fabrication des matières, transport, construction, exploitation et destruction). On va analyser tout ce qui rentre dans le bâtiment (les matières et l’énergie consommées) et les émissions de polluants (en l’occurrence, les gaz à effet de serre). Pour cela, des indicateurs vont être calculés (les deux principaux : Eges et Eges PCE) et les contributeurs aux impacts d’un bâtiment analysés (les matériaux de construction/ produit/ équipements, la consommation d’énergie/ d’eau et le chantier). Il en découle 2 niveaux de performance environnementale 1 et 2. Le niveau 1 est accessible à tous les modes constructifs et constitue un progrès par rapport à la RT 2012 et le niveau 2 valorise les acteurs les plus performants dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les acteurs du bâtiment doivent comprendre sur quels postes le carbone est rejeté lors de la construction. Des décisions quant à leur réduction maximale devront être prises pour espérer atteindre le niveau le plus haut. Par exemple, le bois est l’un des matériaux qui aura le moins d’impacts en termes de carbone. Le fait d’avoir du bois dans la maison et/ ou d’utiliser du bois dans le système de chauffage, permet de réduire l’impact carbone.

Ci-dessous est représenté les exigences carbones en kg/m² de Surface De Plancher pour les maisons individuelles :

Exigences carbones en kg par m2 de Surface De Plancher pour les maisons individuelles.png


4) Quelles adaptations le constructeur doit réaliser pour faire construire avec le label E+C- ?

Les adaptations du constructeur peuvent passer par des détails. Mais s’ils agissent sur une multitude de détails, forcément, cela va peser plus lourd dans la balance et le constructeur pourrait espérer passer à un niveau supérieur dans le label. Par exemple, si l’on prend la brique et le parpaing : le premier est plus isolant que le deuxième mais plus énergivore à produire. Si on compare l’ensemble des indicateurs (Cep, Bbio, bilans BEPOS, etc), le parpaing semble être une meilleure alternative. Le but est que le montant de tous ces indicateurs soit le plus bas possible.

 

5) Comment se déroule la labellisation pour faire construire avec le label E+C- ?

Tout d’abord, à titre indicatif, tout constructeur peut participer à cette expérimentation et ainsi faire construire avec le Label E+C-. Il n’y a pas d’obligation de niveau. Il doit néanmoins obligatoirement partager ses projets sur l’observatoire. Les coûts de construction au m² et le niveau de performance associé seront analysés pour déterminer le niveau Energie et le niveau Carbone de la future réglementation.

Labellisation E+C-.jpg

Par exemple, ils peuvent se rendre compte que passer du niveau 2 au niveau 3 Energie est une marche trop importante. Cela coûte trop cher au secteur du bâtiment. Il va donc s’arrêter au niveau 2.

Quand on veut faire construire avec le Label E+C-, Il faut faire appel à un certificateur et lui faire part de son projet.
 

Par exemple : avoir la volonté d’atteindre le niveau 4 Énergie et 1 Carbone. Avant de déposer le permis de construire, il faut réaliser toutes les études nécessaires pour savoir si l’objectif peut être atteint avec ses caractéristiques spécifiques de construction et les caractéristiques de la parcelle. Ces études sont justement réalisées par des bureaux d’étude thermique comme ASTI. Il faut d’abord faire cette démarche car le projet n’atteindra peut-être pas les exigences et devra être modifié. Dès lors, le projet pourra commencer et sera certifié, effectivement.
Dans le cas où l’on souhaite juste rentrer dans la réglementation et se tester pour le futur, il faudra simplement s’inscrire dans l’observatoire et faire les calculs sans pour autant être certifié.

BEASTIlogo.png

Faire construire avec le Label E+C-, c’est adapter ces constructions aux exigences de demain. Cela implique des choix stratégiques et forcément les impacts qui vont avec. Nous sommes aujourd’hui en préparation à la réglementation qui devrait être mise en place effectivement en 2020. En tant que clients, vous aurez accès à des logements encore plus qualitatifs. Encore merci à Monsieur LALLIER pour toutes ces informations. Le Label E+C- comporte beaucoup d’éléments qu’il a su éclaircir avec toute son expertise.